Dis-moi quel est ton sac…

Minaudière, pochette ou bourse, nos sacs à main et leur contenu révèleraient donc quelque chose de nous ? Patricia Serin, psychologue, a décrypté pour nous quatre portraits crachés de nos besaces.

Au-delà de l’attribut de mode choisi avec soin, le sac à main ne serait pas un objet ordinaire. Pas étonnant d’ailleurs, qu’en peinture, en photo, ou en musique, on ne cesse de demander aux femmes de vider leur sac. Dans son livre, Le Sac, un petit monde d’amour (1), Jean-Claude Kaufmann, sociologue et directeur de recherche au CNRS, raconte ses dix-huit mois d’enquête au plus profond de ce que l’on n’ose plus appeler un simple accessoire de mode. Il y a trouvé les objets les plus étonnants, mais montre qu’en réalité « le cœur du mystère » se trouve « dans l’ordinaire du petit monde rien qu’à soi ». Pour Patricia Serin, psychologue qui pratique dans son cabinet la radiographie du it bag, l’objet serait même « une prolongation de nous-mêmes. Une projection de soi très représentative de sa propriétaire, de son rapport aux autres et au monde ». Nous nous sommes donc amusées à lui soumettre ce qui ne sont que quatre exemples inspirés, parce que, rappelle-t-elle, « il y a autant de sacs que de femmes ». Alors plutôt sac aux trésors, fourre-tout ou cabas ?

En savoir plus : Dis-moi quel est ton sac… – Style – Le Figaro – Madame.

Publicités