Zoom sur… Il ne faut pas aller par quatre chemins – Maillot de foot homme

Il ne faut pas aller par quatre chemins – Positif@Fr – DiploMode ~ 808

Ce maillot de foot pour homme est composé de 100% polyester élastique et structuré.

Doté d’une couleur tranchante sur les côtés, de coutures apparentes, de manches raglan et d’une superficie de tissu légèrement plus longue au dos.

Il ne faut pas aller par quatre chemins – Positif@Fr – DiploMode

Publicités

Histoire du dimanche : Les projets qui vont faire bouger Paris

Nouvelle place de la République, réaménagement des Halles, Institut des Cultures de l’Islam, nouveaux stades Jean Bouin et Roland Garros, métro automatique du Grand Paris… Paris est passée à la vitesse supérieure pour l’aménagement urbain. La ville, notamment, mène plusieurs grands chantiers d’envergure. Logement, urbanisme, culture… Voici ces grands projets d’exception.

En savoir plus : Les projets qui vont faire bouger Paris – L’Internaute Actualite.

Zoom sur… Amours nouvelles oublient les vieilles – Débardeur pour femmes

 Débardeur pour femmes avec bandes contrastantes.
92 % polyester, 8 % élasthanne.
Grâce à sa teneur en élasthanne, il est extrêmement flexible et s’adapte à toutes les morphologies. Vous pouvez être sûre qu’il ne vous laissera pas tomber, peu importe le mouvement que vous faites. Il est fabriqué dans un tissu facile d’entretien, qui sèche rapidement. Vous pourrez ainsi le réenfiler très vite pour repartir sur le sentier de la victoire.

Amours nouvelles oublient les vieilles – Positif@Fr – DiploMode 

Diplomatie au quotidien : 10 raisons pour lesquelles il a du mal à dire « Je t’aime »

Si vous osez sans difficulté cet aveu charmant, il n’en va malheureusement pas de même pour l’homme de votre vie. Pourquoi a-t-il tant de difficulté à vous exprimer ses sentiments ? Dix pistes pour mieux appréhender le pourquoi du comment !

Parce qu’il pense que ses actes parlent pour lui

Le plus souvent, si votre tendre moitié ne vous dit pas ces trois mots si importants, c’est parce qu’il estime qu’ils ne sont pas nécessaires. Le fait qu’il dorme, dîne et vive à vos côtés est à ses yeux suffisant pour témoigner de son attachement. Un point de vue que vous ne partagez pas forcément.

Parce qu’il ne trouve pas les mots ou le moment adéquat

Ce qui peut le freiner, c’est de ne pas trouver le contexte idéal de discussion ou l’instant rêvé pour le faire. Comme il accorde une extrême solennité à ce « Je t’aime », il ne se s’imagine pas vous le dire entre deux plats au moment du dîner ou pendant une soirée entre potes. Peut-être donc qu’un voyage sur la lagune vénitienne, aux chutes du Niagara ou sur une plage d’Honolulu pourrait le décoincer ?

Parce qu’il juge qu’une fois suffit

Vous le lui répétez sur tous les tons, du lundi jusqu’à dimanche. S’il est beaucoup plus avare sur le sujet, cela peut être également parce qu’il considère que le fait de vous avoir déjà fait cette déclaration dans le passé vous a rassuré une fois pour toute sur les sentiments qu’il éprouve à votre égard.

Parce qu’il n’est pas en confiance

Demandez-vous aussi si cette absence de mots d’amours ne trouve pas son origine dans votre propre comportement. Si vous lui adressez des signaux négatifs (en le comparant avec votre ex en permanence, en le dénigrant), il est naturel qu’il se sente peu à l’aise pour vous déclarer sa flamme.

Parce qu’il craint que vous ne lui rendiez pas la pareille

Chez d’autres garçons, c’est la peur d’effectuer le premier pas qui les rend muets. Si vous vous ne vous êtes pas, vous-même, essayée au « Je t’aime », ne vous étonnez pas que lui ne tente pas non plus ce grand saut dans le vide.

Parce qu’il croit que ça le rend vulnérable

Votre prince charmant peut se refuser à dire Je t’aime parce qu’il a ainsi l’impression de baisser sa garde, de trop se livrer et de risquer de se faire mal, si vous le savez trop dépendant de vous…

Parce qu’il redoute de vous faire fuir

Pas de « Je t’aime » à l’horizon ? C’est peut-être qu’à force de vous voir revendiquer votre statut de femme ultra-indépendante, il a peut-être fini par penser que cette phrase pouvait vous effaroucher plutôt que vous flatter.

Par qu’il déteste qu’on lui mette la pression

Il est possible aussi qu’il veuille se donner du temps ou qu’il se rebelle devant le harcèlement auquel vous le soumettez sur ce thème. Si vous espérez qu’il se déclare un jour, essayez donc de le laisser tranquille.

Par allergie à l’engagement

Il peut éviter soigneusement le sujet parce qu’il est persuadé qu’un « Je t’aime » rimerait avec signature au bas d’un contrat, bague au doigt et ribambelle de marmots !

Parce qu’il est bridé par son éducation

Enfin, s’il peine à vous confesser ses sentiments, c’est souvent parce qu’on ne lui a pas appris, enfant, à s’aventurer sur le terrain de l’émotionnel. On a dû lui répéter qu’un garçon ne devait jamais pleurer ni se laisser aller à montrer ce qu’il a dans le coeur.

Il est temps de lui prouver le contraire !

via 10 raisons pour lesquelles il a du mal à dire « Je t’aime » – Amours Plurielles.fr.

Histoire du dimanche : Fabriquer une chambre en 24 heures

« Imprimer » sa chambre en dur, comme on cuit du pain, le pari gagné d’un designer.

Fabriquer sa chambre avec douche et dressing intégrés sur mesure, en 24 heures et en dur en appuyant simplement sur le bouton d’une imprimante: c’est le pari fou d’un jeune designer français devenu réalité.

Là où auparavant un artisan empilait patiemment briques ou parpaings pour construire un mur, le designer François Brument a eu recours à une imprimante 3D révolutionnaire, fabriquée par la société Voxeljet à Friedberg en Allemagne et qui produit des pièces à très grande échelle par empilement de couches très fines de matière sous forme de poudre.

Une innovation présentée au salon international d’ameublement Maison et Objets qui s’est ouvert vendredi à Villepinte (Seine-Saint-Denis).

« Cette société, explique le designer trentenaire, est la seule au monde capable de produire des pièces de cette taille (4 m de long, 2 m de large et 1 m de haut). Elle fabrique déjà à l’échelle industrielle des moules de fonderie en sable très complexes destinés à l’industrie automobile mais n’avait jamais produit de modules pour l’habitat jusqu’à présent ».

Exposé au salon dans le cadre des projets soutenus par le VIA (Valorisation de l’Innovation dans l’Ameublement ), qui promeut la création française dans le secteur du design appliqué au cadre de vie, ce projet « d’habitat imprimé » de recherche expérimentale a exigé plus de deux ans de mise au point.

Présenté en « première mondiale » au salon, il propose aux professionnels de l’habitat un prototype en polycarbonate enduit d’epoxy composé d’un module de 15 m2 – chambre, cabine de douche, dressing – aux cloisons futuristes blanches incurvées et alvéolées, parsemées de cavités triangulaires et paramétrées en fonction des besoins et envies du commanditaire.

Gouttelettes de liant

Principe de fabrication? « C’est comme une imprimante photo sauf que le jet ne projette pas d’encre mais des gouttelettes de liant qui va s’amalgamer à la matière (plastique, sable, des essais sont en cours sur le béton) par tranche de 0,1 mm d’épaisseur. Chaque pièce est réalisée en volume, différenciée et singulière. On peut penser et réaliser son projet idéal et on pourra ensuite le transformer », explique le designer.

Le dessin de départ est remplacé par la programmation informatique et un fichier de données qui va dialoguer avec l’imprimante 3D.

« Tout est modulable: le volume de la cloison, sa texture, sa granularité, son épaisseur, son ouverture, son orientation ainsi que sa plastique et sa géométrie, les surfaces permettant des effets variés comme la pose d’étagères, l’emplacement de réserves spatiales dans lequel on peut glisser des accessoires muraux », détaille-t-il.

Cet habitat intègre également les équipements techniques tels que le chauffage, les réseaux électriques, la plomberie ou les blocs sanitaires et le mobilier (lits, étagères, armoires). Son coût global n’est pour l’instant « pas chiffrable », estime François Brument, qui évoque toutefois plusieurs dizaines de milliers d’euros.

« C’est la première fois que cette technique est appliquée à l’habitat et dans cette dimension. C’est une grande révolution car on passe directement du dessin à la réalisation », s’enthousiasme Gérard Laizé, directeur général du VIA, qui vante « la possibilité de réaliser des séries d’objets différenciés et uniques tout en permettant des gains de productivité importants ».

Exposé jusqu’à mardi au salon Maison et Objets, « l’habitat imprimé » de François Brument sera accessible au grand public à partir du 31 janvier et jusqu’au 17 mars à la galerie du VIA dans le 12e arrondissement de la capitale.

Diplômé de l’ENSCI-Les Ateliers, François Brument a notamment conçu des chaises imprimées 3D et un vase dont la forme varie avec le niveau sonore de la voix et le temps de parole.

via « Imprimer » sa chambre en dur, comme on cuit du pain, le pari gagné d’un designer. – linternaute.com