Réussir malgré la crise : le tourisme résiste grâce à la clientèle étrangère

La consommation touristique des Français s’est tassée en 2012. Mais la fréquentation étrangère, en particulier des clientèles lointaines, s’est accrue.

A l’heure où bien des secteurs sont en souffrance, le tourisme français confirme sa résilience. Selon les données provisoires dont disposent les pouvoirs publics, le secteur a fait bonne figure en 2012, profitant, il est vrai, de la venue des clientèles étrangères, toute particulièrement non européennes.

Dans un contexte économique déprimé, la consommation touristique des Français s’est en effet tassée. Leur taux de départ – en France et à l’étranger -a d’ailleurs diminué de 1,1 point par rapport à 2011, à 74,8 %. De même, le montant total de leurs dépenses s’est érodé de 0,6 % l’an dernier. En outre, si l’Hexagone apparaît comme une destination privilégiée, elle n’en fait pas l’objet d’arbitrages budgétaires. Ainsi, le nombre de voyages en France métropolitaine a très légèrement augmenté (+ 0,2 %), mais avec un accroissement des courts séjours (+ 0,6 %) et un moindre recours aux hébergements « marchands » (- 2,4 %). Cette contraction est notamment constatée dans les campings (- 1,7 % en nombre de nuitées).

En parallèle, les indicateurs relatifs à la clientèle internationale sont globalement dans le vert. La croissance des nuitées des touristes internationaux est à ce stade estimée à + 2,1 %, la progression étant de 2,7 % dans l’hôtellerie. De même, les dépenses des voyageurs internationaux ont progressé de 4,3 % sur les trois premiers trimestres par rapport à la même période de 2011, soit un total de 34 milliards d’euros.

Contratstes selon les pays

Au bout du compte, la conjugaison du succès de la destination France auprès de la clientèle internationale et d’une moindre fréquentation des destinations étrangères par les Français se traduit par une sensible amélioration de la balance des paiements au titre du tourisme : le solde a en effet bondi de 44 % sur les neuf premiers mois de 2012 par rapport à la même période de 2011, pour s’établir à 11,2 milliards d’euros. De fait, on frôle son niveau quasi historique de 2007, donc d’avant la crise, qui s’élevait alors à 11,7 milliards d’euros.

Ce succès confirmé de la destination France, la première dans le monde par le nombre d’arrivées de visiteurs internationaux (plus de 81 millions en 2011) et la troisième par le montant des recettes touristiques, masque toutefois des évolutions contrastées selon les clientèles étrangères. La fréquentation hôtelière des Européens est stable, le recul enregistré sur les clientèles d’Europe du Sud contrecarrant la progression constatée par ailleurs. La croissance avoisine simultanément les 10 % pour les visiteurs les plus lointains. La hausse est ainsi de 11 % pour les Chinois et de 11,5 % pour les Américains.

via Le tourisme résiste à la crise grâce à la clientèle étrangère – LesEchos.Fr

Publicités