Ces maisons extraordinaires à Paris

A force de vivre dans la capitale, on passe parfois devant les choses sans les voir… Pour reconsidérer la ville avec un œil neuf, un tour d’horizon de cinq maisons extraordinaires à croiser, au détour d’une promenade.LaVieImmo.com) – Une maison à Paris, en soi, c’est déjà un peu insolite. Si en plus cette maison est vieille de six siècles, qu’elle coûte plusieurs dizaines de millions d’euros ou qu’elle ressemble à un chalet de montagne…. Suivez le guide et partez à la recherche de ces cinq bâtiments pour le moins hors du commun.

L’immortalité à Arts et Métiers

La maison la plus ancienne de Paris date de 1407. Située au 51, rue de Montmorency, dans le 3ème arrondissement, elle a été construite pour le célèbre alchimiste Nicolas Flamel et sa femme Pernelle. Sur la façade de la bâtisse, à côté d’une plaque commémorative, on peut encore voir un « N » et un « F » gravés dans la pierre en souvenir des deux époux.

La légende veut que le couple ait fait fortune grâce aux pratiques ésotériques de Nicolas Flamel, qui aurait découvert la pierre philosophale. Cette substance alchimique permettant non seulement de transformer les métaux en argent ou en or, mais aussi de prolonger la vie jusqu’à une quasi-immortalité, on comprend pourquoi cette maison est la plus vieille de Paris !

La maison la plus écolo à Denfert-Rochereau

Elle est baptisée « Maison 14 », car elle est la première à réunir les quatorze objectifs de la Haute qualité environnementale (HQE). Située sur la place Denfert-Rochereau, dans le 14ème arrondissement, la bâtisse étonne tout d’abord par sa taille. Et pour cause : elle possède une serre tropicale de 18 mètres de haut, ce qui en fait le plus haut bâtiment de France. Mais ce n’est pas là sa seule spécificité.

Avec une superficie de 239 m² répartis sur cinq niveaux, la maison abrite une grande piscine en sous-sol, avec un éclairage naturel aux canons à lumière. Elle possède une serre climatique protège qui isole le bâtiment tout en assainissant l’air, et est équipée de systèmes de captage d’énergie new age : des panneaux photovoltaïques sur le toit de la serre, et des capteurs solaires implantés sous vide pour chauffer l’eau.

Luxueuse et accueillante, cette réalisation prouve que la vie écologique est loin d’être austère !

100 millions d’euros avenue Foch

L’immense et magnifique Palais de Montmorency, dans le 16ème arrondissement, cumule les records. Mis en vente par le réseau Féau au printemps 2011 pour plus de 100 millions d’euros, elle est non seulement la plus onéreuse de Paris mais aussi l’une des plus chère du monde.

Construit en 1912 pour la duchesse Montmorency, cet hôtel particulier est l’œuvre de l’architecte Henri-Paul Nenot. Avec plus de 3 000 m², il comprend vingt somptueuses pièces, dont douze chambres et autant de salles de bains, agrémentées de cheminées en marbre et de boiseries du 18ème siècle, provenant du palais de Paar, en Autriche. On y trouve également une salle à manger digne du château de Versailles, et quatre appartements destinés au personnel.

La maison la plus petite, à côté de République

Vous êtes peut-être passés devant des centaines de fois sans la voir : la maison la plus étroite de Paris ne mesure pas plus de 1,20 mètre de large sur à peine 5 mètres de haut. Située au 39 rue du Château-d’Eau, à deux pas de la Place de la République dans le 10ème arrondissement, la maigre bâtisse a bien du mal à se faire une place entre les deux maisons qui l’entourent.

Après avoir abrité plusieurs commerces par le passé, elle est inoccupée depuis plusieurs années. Le quotidien Le Gaulois daté du mercredi 6 janvier 1897, disponible en ligne, nous apprend que « le premier étage de cette maison exceptionnelle consiste en une chambre […] qui communique avec les appartements du premier étage du numéro 41. Elle a longtemps été habitée par un bébé dont le berceau l’occupait toute entière ».

On peut se demander qui a eu l’idée de construire cet espace de vie si exigu. La maison n’aurait pas été imaginée par une personne excessivement modeste, mais érigée pour séparer les deux maisons voisines, et faire cesser une querelle sans merci entre plusieurs héritiers !

La montagne à Paris, dans le 19ème arrondissement

C’est bel et bien un petit chalet de bois, digne d’un paysage de montagne, qui se tient au beau milieu du 19ème arrondissement, au 103 rue de Meaux. Produisant un effet des plus insolites au cœur d’un environnement urbain, le petit habitat est très apprécié du voisinage, qui s’est battu récemment pour le sauver d’une fin tragique. En effet, le Plan local d’urbanisme (PLU) prévoyait sa démolition, et son remplacement par un immeuble haut de presque vingt mètres. Samuel Cahu, le dernier locataire du chalet, a lancé une pétition qui a été signée en masse par les habitants du quartier. Grâce à la persévérance de ces passionnés du patrimoine parisien, le PLU a finalement été modifié en septembre dernier, et la cabane a pu être sauvée. Longue vie au chalet !

Via : LaVieImmo.Com

Publicités