Les moins bons salariés sont les plus heureux et…les plus motivés

Les salariés les moins efficaces seraient les plus heureux dans leur quotidien selon une étude américaine. Ils seraient aussi les plus motivés!

Copyright Reuters

Copyright Reuters

Les salariés les moins performants seraient aussi les plus heureux. C’est en tout cas ce qui ressort d’une étude américaine du cabinet de conseil Leadership IQ. D’après cette enquête, les « low performers », les salariés les moins efficients, sont ceux qui seraient le plus à même de recommander leur entreprise comme étant un lieu où il fait bon travailler.

Ceci n’est pas étonnant puisque l’étude relève ainsi que ces salariés sont aussi ceux qui reçoivent le plus de compliments. Et pour cause, « les employés les moins performants se retrouvent souvent avec les tâches les plus simples parce que les managers leur en demandent moins », explique au Wall Street Journal le PDG de Leadership IQ, Mark Murphy. « Ils sont de ce fait moins stressés et plus satisfaits dans leur quotidien professionnel », poursuit-il. Problème: les meilleurs employés déplorent un manque de reconnaissance dans leur travail. « Ils se sentent stressés et sous-estimés », analyse Mark Murphy.

L’enquête illsutre ce phénomène avec le cas particulier d’une société de services de 1.000 salariés. Sur une échelle de 1 à 7, les travailleurs les moins performants notent plus largement la reconnaissance de leur travail par leurs supérieurs.

Les moins performants sont les plus motivés

C’est d’ailleurs pour cela -aussi étrange que cela puisse paraître- que dans 42% des entreprises sondées, les salariés les moins performants sont également ceux qui sont les plus motivés. Dans le cas particulier de la société de services, à l’affirmation « je suis motivé pour m’investir à 100% quand je suis au travail », les moins bons travailleurs ont donné une note de 5,99 contre 5,36 pour les plus performants, comme l’illustre le graphique ci-dessous.

Du reste, le plus amusant est peut-être le fait que ces salariés -qui sont toutefois minoritaires- ne se rendent pas compte qu’ils sont des travailleurs peu performants. Heureux soient les fêlés car ils laisseront passer la lumière.

Via LaTribune.Fr

Publicités