Qui allume la Ville Lumière ?

lumiere-1

Près de 62 000 candélabres, 42 800 points lumineux, plus de 300 sites remarquables illuminés, et ce n’est là qu’un petit aperçu de l’ampleur de la tâche qui incombe à la direction de la voirie et des déplacements, responsable de cet aspect essentiel de l’embellissement de notre capitale. Explications.

Que serait Paris by night sans ses milliers de scintillements qui créent cette atmosphère unique et si particulière et participe à la magie de la capitale ? Dans les rues de la Ville-Lumière, un éclairage adapté, esthétique, sécurisant, consommant peu d’énergie et résistant au vandalisme contribue au prestige des lieux et à l’amélioration du service rendu aux usagers.

Qui s’occupe de l’éclairage à Paris ?

Le service du patrimoine de voirie de la Direction de la voirie et des déplacements assurent la maîtrise d’ouvrage de l’éclairage public sur tout le territoire de la ville de Paris.

Si un marché de performance énergétique (MPE) confie à Evesa – un groupement d’entreprises – l’exploitation et l’entretien des 89 500 supports d’éclairage, la Ville reste néanmoins propriétaire exclusive des installations. L’énergie électrique nécessaire est, quant à elle fournie, par ERDF, filiale d’EDF en charge de la distribution d’électricité.

lumiere-2

A quelle heure passe l’allumeur de réverbère ?

Le système d’asservissement de l’éclairage public vise à optimiser les horaires d’allumage et d’extinction des dispositifs d’éclairage.

Concrètement, les commandes d’allumage et d’extinction des installations d’éclairage public des voies de surface, des parcs et jardins, des souterrains et des illuminations sont réalisées par envoi d’impulsions deux fois par jour, à heure fixe à l’aide de relais Pulsadis*. Le système est conçu de telle sorte que l’allumage et l’extinction doivent nécessairement se produire pendant une plage horaire déterminée, programmée pour l’année, et qui ne peut précéder ou suivre de plus de 20 minutes l’heure théorique du coucher et du lever du soleil.

Afin de déterminer l’heure à laquelle il est le plus opportun d’allumer ou d’éteindre l’éclairage public, une commande centralise les mesures de niveaux de luminosité naturelle de dix capteurs installés sur les postes sources et répartis en divers points de la capitale. Chacun des capteurs est relié à un calculateur du poste source concerné, pour permettre le rapatriement des mesures de luminosité vers le système central programmé pour calculer en temps réel l’éclairement moyen à Paris.
Ainsi, l’ordre d’allumage ou d’extinction est envoyé automatiquement dès lors que la valeur de cette luminosité moyenne atteint le seuil d’extinction ou d’allumage préalablement paramétré.

Réduction de la facture énergétique : les objectifs parisiens

L’éclairage public représente 1/3 de la consommation énergétique de la Ville de Paris.
Dans le cadre de son Plan Climat Energie, celle-ci vise une réduction de 30% de la consommation d’énergie de son éclairage public d’ici à 2020 par rapport à 2004.
200 000 sources d’éclairage public et près de 150 000 points de signalisation lumineuse de la « Ville-Lumière » sont concernés, le défi étant de conserver malgré tout la même architecture lumineuse.

Paris rénove actuellement les illuminations de ses ponts, ce qui permettra de réduire jusqu’à 90% la consommation électrique de ces ouvrages. L’installation de diodes et de projecteurs équipés en sodium haute pression constitue un des chantiers majeurs dans le cadre d’un grand marché de performance énergétique (MPE).

>> Toutes les infos sur l’éclairage public à Paris dans la rubrique Paris Pratique de Paris.fr

*Depuis une trentaine d’années, EDF utilise un système de télécommande appelé Pulsadis qui permet depuis les centres de distribution à moyenne tension de déclencher le changement de tarif des compteurs à l’heure voulue, et facultativement d’autres services comme l’éclairage public.

Via Paris.Fr

Publicités