appartOscope : venu du futur immobilier

… Il était une fois une personne qui cherchait un appartement… Ah, non ! Pas possible : si c’était vraiment UNE personne, la vie serait trop facile.

En réalité, on a 47 millions de touristes qui visitent Paris chaque année, plusieurs centaines de milliers d’étudiants et d’innombrables gens d’affaires.
Donc, chercher un logement est une mission presque scientifique. On doit commencer notre histoire autrement :  » Il était une fois une personne qui a réussi à trouver un très bon appartement et voulait en aider d’autres.  »

Mais comment ? Paris est un univers où les maisons de rêve vous éblouissent par leur lumière, or, on ne sait jamais si cette lumière existe encore ou l’étoile en question a disparu depuis plusieurs milliers d’années.

Il nous faudra, alors, un bon équipement professionnel. Bienvenue dans l’observatoire ! On va chercher des appartements habitables comme on cherche des planètes lointaines. 
http://appartoscope.ambassadedefrance.info/

La règle numéro un pour trouver ce qui nous intéresse consiste de savoir à quoi on ne s’intéresse définitivement pas.

Avant tout, on évite les sites des petites annonces gratuites, ces astéroïdes nous parsemant de la poussière des propositions alléchantes. On se demande : qui est l’auteur ? Un escroc qui veut empocher l’acompte pour un appartement inexistant ? Un insouciant qui a oublié son annonce juste après la déposer ? Un railleur ? Impossible de le savoir. Non merci : trop de risque.

Il nous reste, donc, des agences immobilières. Mais lesquelles ? On va regarder les Mentions légales et les Conditions générales. Si on y remarque des phrases : « L’agence n’est pas responsable ni de l’exactitude, ni des erreurs, ni des omissions contenues sur son site. » ou : « L’agence ne pourra être responsable pour quelque dommage que ce soit tant direct qu’indirect, résultant d’une information contenue sur son site. », on part immédiatement sans revenir.

Pourquoi ? Parce que, en tant que professionnel de l’immobilier, l’agence est tenue d’une obligation de renseignement et de conseil. C’est juste son travail de tout vérifier à votre place. Sinon – adieu.

Par la même raison, on n’accepte pas les sites de location entre particuliers qui vous vendent les adresses des appartements, mais, assez souvent, ne vérifient pas l’information fournie par les propriétaires et refusent d’être responsables pour les dommages éventuels.

On se débarrasse également des agences qui n’ont pas de bureau à Paris. Présence virtuelle, par Skype, dans une situation de crise bien réelle ne sert presque à rien.

Encore un critère de sélection : le nombre des appartements proposés. Moins de 50 ? Il semble que c’est le début d’activité. Ou la fin déjà. Pas sérieux donc. On ne le prend pas en compte.

Dernière étape : on va rétrécir les grands, car les leaders du marché ont aussi des soucis.

Si une agence, qui existe depuis plus de dix ans, vous propose 5 000 appartements à louer, cela ne garantit pas encore que vous trouverez le vôtre dans une demi-heure.

5 000 – c’est la base entière, créée pendant toute la vie de l’agence. Or, la plupart d’information n’est pas à jour, parce que même la plus grande agence n’est pas capable de gérer simultanément autant de clients.

Qu’est-ce qui se passe alors ? Vous voyez, sur le site de l’agence, que l’appartement de vos rêves est disponible. Mais quand conseilleur de l’agence contacte le propriétaire, on découvre que le logement est en travaux, vendu, loué déjà ou que l’hôte ne veut plus héberger personne. Et cette situation se répète : une fois, deux fois, dix fois…

Vous risquez, donc, d’organiser un séjour parisien de trois semaines pendant six mois.

Or, nous, on ne va pas vers ce trou noir. On regarde avec appartOscope qui ne nous sert pas toute la base de données de l’agence mais uniquement 150 appartements les plus neufs. Soit, on voit seulement les dossiers vérifiés par l’agence au cours des trois derniers mois.

150 appartements ? Trois mois ? C’est normal, c’est gérable, on y croit.

Autre truc technique super efficace : agrandir les images. Parfois, les photos dans la liste des appartements sont si petites que vous devez cliquer sur chaque lien afin de comprendre de quoi s’agit-il. Mais avec appartOscope on voit mieux, on voit en grand.

Et l’essentiel : la possibilité de trier les appartements. Par prix, par surface, par proximité au centre-ville … Ou le droit de choisir un arrondissement précis …

C’est faisable même quand le site d’origine n’a pas encore de telle fonctionnalité. Alors, on voyage pas seulement dans l’espace, mais aussi dans le temps : on est venu du futur !

Quand regarder l’univers de l’immobilier ? Les appartements, aussi comme les étoiles, sont mieux visibles tard le soir et tôt le matin. Pourquoi ? Parce que, à ce moment-là, les sites des agences ont moins de visiteurs, donc, on peut les interroger plus rapidement. En journée, il faut s’armer de patience : la réponse sera plus lente. En cas de panne, rechargez la page en tapant sur le bouton dédié situé en bas à gauche.

Encore plus simple : pour être au courant des nouveautés, suivez le compte Twitter @appartoscope.

Et dernier conseil : si vous voyez un bon appartement, bougez à la vitesse de la lumière.
Vous savez : les étoiles tombent très rapidement, il faut s’ingénier à faire un vœu …

Publicités